Se justifier…

9 février 2017

Lundi je me suis fait tatouer et j’ai fait des retouches sur celui de mon poignet. J’étais chez mes parents et j’ai utilisé de la crème spéciale tatouage hyper hydratante.

Sauf que ma peau est archi fine et surtout archi méga sèche. Alors forcément un tatouage, qui est une brûlure au premier degré, sur une peau comme la mienne demande une hydratation ++++++

Hier je suis rentrée chez moi après plus d’une heure trente en voiture avec pull et manteau sur les tatouages. Quand je me suis déshabillée ils étaient tous hyper secs malgré le baume appliqué avant de partir de chez mes parents. Mais les vêtements absorbent les corps gras sur la peau c’est bien connu. Alors j’ai donc repris l’ancienne méthode, testée et éprouvée depuis longtemps et surtout préconisée par mon tatoueur, à savoir : Bpanthen + cellophane.

Alors je me suis amusée à prendre une photo de moi avec du cellophane sur mon épaule, mon poignet et mon coude en me disant : élue Miss cellophane 2017. ( photo sur mon compte Instagram si tu veux la voir…)

Quelle ne fut pas ma surprise en me rendant compte que certaines personnes savaient mieux que mon tatoueur et moi-même comment soigner mon tatouage… truc de dingue. Le cellophane c’est tabou on en viendra tous à bout !!!

Je vais vous conter une petite histoire.

Mon frère et moi avons le même tatoueur et accessoirement la même mère. Mais mon frère et moi, n’avons pas du tout la même peau alors que nous avons des gênes en commun vous êtes d’accord. Ma peau se tatoue très facilement et je ne saigne pas du tout. Mon frère pisse le sang et sa peau peut se déchirer. Ma peau garde super bien les couleurs ( même le blanc ce qui a étonné mon tatoueur car c’est rare) alors que sur mon frère le noir devient gris et ne reste jamais Black black. Je ne diffuse pas du tout et je peux donc avoir des tatouages très fins, alors que mon frère lui diffuse et du coup le tatoueur doit adapter son trait à sa peau.

Oh wait, j’ai dit: adapter à SA peau…

Tu vois où je veux en venir….?

Si j’ai mis du cellophane avec une méga couche de Bpanthen sur mes tatous c’est pas juste par envie de faire de la concurrence à Jean-Paul Gaultier, c’est parce que MON tatoueur me l’a conseillé pour MA peau. Parce que MA peau à MOI est hyper sèche et se déshydrate vite, parce que mes traits sont fins et peu profonds car sur MA peau il préfère mettre moins d’encre la première fois et faire des retouches. Car MA peau se tatoue bien mais que je veux des traits très fins. C’est MON tatoueur, il a tatoué MA peau et il sait sûrement mieux que n’importe qui ce qui est bon pour soigner son travail.

Mon frère lui a besoin de biafine pour ses tatouages. Deux fois par jour uniquement. Pas de couche épaisse, pas de cellophane. Nous avons pourtant le MÊME tatoueur et la MÊME mère….

Chacun sa peau, chacun ses soins. Il n’y a pas de vérités absolues en matière de tatouages… et de pas grand chose dans la vie d’ailleurs. Ce qui marche pour un ne fonctionne pas automatiquement pour l’autre et vice-versa.

Encore une fois, si chacun pouvait s’occuper de ses affaires plutôt que de venir dire aux autres que ce qu’ils font est mal, le monde tournerait tellement mieux.

On doit se justifier de tout, parce que les gens jugent sans savoir. Parce que les réseaux sociaux sont un ramassis de statuts à polémique et que chacun se croit supérieur aux autres. Parce que les propos sont déformés comme avec le téléphone arabe. Parce qu’on à lu ou entendu un truc qui disait que c’était mieux de faire comme ci alors il faut le faire.

Si j’ai envie de me doucher à la javel et de serpiller mon parquet à la mayonnaise, ça gêne qui, à part mon mec à rigueur…?

C’est mon cinquième tatouage, je connais ma peau, je fais confiance à mon tatoueur. Plus qu’a des gens qui croient tout savoir sur MA peau.

Alors si j’ai envie de m’enduire le corps de cellophane et de me rouler dans du Bpanthen c’est MON problème, MA vie.

Je sais qu’en s’exposant sur les réseaux sociaux on est la proie de ces détracteurs, ça ne me pose pas de problème mais qu’on vienne me le dire en face, pas qu’on parle dans mon dos, qui plus est sans avoir tous les tenants et aboutissants.

Je n’aime pas ce genre d’article, mon blog n’est pas fait pour ça, mais ces jugements de bas étages me gonflent profondément et je suis partisane du ” balayer devant sa porte avant de venir voir chez les autres”.

Bisous cellophanés.

Virginie GaulFeld, créatrice de mode à base de film alimentaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

2 Commentaires

  • Répondre Marionle6tron 9 février 2017 sur 10 h 24 min
    Mon mari kifferait que je lave le sol à la mayo comme ça il pourrait manger à même le sol…
    Moi je ferai une remarque sur le fait que tu devrais te rouler d’abord dans le bepantene et ensuite t’enrouler de film… bon maintenant tu fais comme tu choises :p
  • Répondre Delph Dolce 9 février 2017 sur 10 h 33 min
    Non alors je ne suis pas d’accord !!!
    Tu te roules dans du Bpanthen et tu t’enduis (enroules?) dans le film alim après! ouai parce que si tu fais l inverse, ben ton Bpantruc il ne servira à rien, je t assure, cela ne passe pas par le cello (-_-)

    Non mais voilà, j ai un article en cours, il va rester en cours (cela fait quelques semaines…) sinon on va dire que je fais du plagia 😀

    Bises là ou tu n as pas de Bpantruc car suis allergique (vis ma vie)

    D.

  • Ecrire une réponse