Qu’il continue de nous oublier…

10 mai 2016

Je ne vois plus mon ex depuis, je ne sais même plus combien de temps. J’ai du me refaire un croquis avec un schéma pour calculer le nombre d’années qui sépare la dernière fois qu’il a posé les yeux sur notre fille. Et c’était en 2009 ou en 2008 même. Soit 1 an après notre séparation. Il appelait encore à cette époque, parfois, et puis moins et puis plus.

Un jour, sur le parking du métro, Mlle L, alors âgée de 4 ans nous a fait un scandale ne voulant pas aller chez son père. Elle était cramponnée à mon coup, pleurant à gros sanglots comme jamais et brisant mon coeur de maman. J’ai insisté, à contre coeur pour qu’elle aille chez son lui, mais ne se résignant pas à me lâcher, j’ai baissé les armes devant le peu d’envie de son paternel de l’avoir pour la semaine. Je l’ai gardé tout contre moi et l’ai emmené chez ma mère en catastrophe pour qu’elle la garde, car nous travaillions. A partir de ce jour là, on l’a moins eu au téléphone, il avait toujours des excuses pour ne pas la prendre. Ma fille ne le réclamant pas, je n’ai pas insisté. Oui c’est mal.  Oui on ne doit pas rompre le lien père-enfant, mais vu comment le fils de sa nouvelle compagne traitait ma fille, la retrouver avec des bleus sur le corps ne m’enchantait guère. Et quand on a vécu ce que j’ai subi avec lui, le voir tous les quinze jours était juste insupportable pour moi. Alors c’était SON choix à lui de plus la voir, je l’ai donc respecté.

En 2013, j’ai eu des contacts avec lui car il avait engagé une procédure auprès du juge des affaires familiales pour réviser le montant de la pension. Je lui ai envoyé un Sms, lui disant que peu importe le montant qu’il paye, ça ne faisait pas de lui un meilleur père, ni un père tout court d’ailleurs. Que sa pension, je m’en tapait et que de toutes façons il la payait déjà quand il y pensait. Il ne m’a pas répondu.

S’en est suivi une procédure longue dans les méandres de la justice française. Au final il a perdu, la juge pensant que s’il allait travailler il aurait les moyens de subvenir aux besoins de sa fille. PAM BIM DANS TA FACE ! Fallait pas chercher la merde, je t’avais prévenu.

Alors j’ai pris mon téléphone et je lui ai posé un ultimatum. Je lui faisais une attestation, l’autorisant à ne payer que X € de pension au lieu des X qu’il payait ( divisé par 4 le montant eihn ) et il acceptait que mon mari adopte Mlle L. Cette histoire arrivait pile au moment de la crise de ma fille, qui pensant ne pas faire partie de notre famille car elle n’avait pas le même nom de famille que nous. Imagine ma tronche quand elle m’a sorti ça un mercredi de Mai, les yeux dans les yeux. Mon cœur a vacillé. Je ne pouvais pas la laisser dans cette situation, je devais agir. Et pour que mon mari puisse l’adopter, je devais avoir le consentement de mon ex. Le chantage tombait à point nommé et le toucher au porte-monnaie était LA solution. Il a fait genre le gars outré que je monnaye sa fille mais au fond de lui il jubilait. Je le savais, je le connaissais par cœur. Il a posé des conditions que je n’ai pas écouté avant de l’entendre me dire ok.

La procédure fut longue, presque un an avant d’avoir ce rendez-vous chez le notaire pour signer son consentement. Je n’ai pas dormi pendant les 3 jours qui ont précédés ce rendez-vous, bien trop stressée par cette ultime rencontre après tant d’années. Je ne lui ai pas décroché un mot ni même un regard. Il a dit bonjour et a remercié mon mari de s’occuper de Mlle L comme si c’était sa fille. J’ai bouilli, voulant lui arracher les couilles à ce connard, mais je n’ai rien fait. J’ai pris sur moi, il n’avait pas signé le consentement !

Il est parti, jugeant bien trop cher le prix que je venais de payer au notaire, dixit ” juste pour ça … pffff”. Juste ça, justement c’était le début d’une nouvelle vie pour Mlle L. Le symbole de l’appartenance à notre famille dans sa petite tête de 8 ans. Elle voulait porter notre nom, je lui avais promis de tout faire pour. Quelle ne fut pas sa joie quand en Janvier 2014, le Jaf lui accorda le droit de s’appeler comme nous.

Depuis ce jour nous vivons tranquille notre vie sans que personne ne se soucie que mes deux enfants ne portent pas le même noms ou n’ai pas le même père. La vie est belle et presque tracée. Aucun soucis à l’horizon concernant nos filles si ce n’est ceux qui incombent à l’âge qui passe et à l’adolescence qui arrive a (trop) grand pas.

Mais hier soir ma quiétude face au futur de Mlle L a tremblé en un fragment de seconde.

J’étais, comme à l’accoutumée, affalée sur ma méridienne en train de surfer sur mon réseau social favori, quand ce cher Mark m’a proposé, dans la longue liste des amis potentiels… Mon ex. En soit rien de bien grave si ce n’est pas la chose la plus agréable de se fader sa tronche après avoir regardé Games Of Thrones !

On m’a toujours dis que la curiosité est un vilain défaut et hier soir j’en ai encore eu la preuve. Tu me connais, je n’ai pas pu juste cliquer sur supprimer comme ça sans aller voir… J’ai cliqué son profil, la dernière fois que j’y étais allée, j’avais découvert qu’il avait eu un autre enfant d’ailleurs… Je m’attendais donc à voir la même chose.

L’intégralité de son profil était désormais en arabe. Lui qui prônait son intégration.

Quelle ne fut pas mon dégoût quand j’ai cliqué sur “afficher la traduction”. Je ne sais pas si je dois remercier ou non Facebook pour cette fonctionnalité. Parce que ce que j’ai lu m’a littéralement retournée en l’espace d’une nano seconde.

Je savais qu’il avait grandement changé depuis notre séparation il y a 9 ans. Je savais que sa religion avait repris une place plus grande dans sa vie depuis qu’il s’est marié avec une musulmane. Je savais que sa religion était une part très importante de lui même quand nous étions ensemble.

Mais je ne m’attendais pas à lire de tel tirade sur son profil facebook.

Un flot de haine. Une ode malsaine. Je ne peux même pas vous dire ce que j’ai pu lire tellement je sens la nausée monter en y repensant. Je ne sais pas ce qui me dérange le plus entre le fait qu’il pense ça ou le fait que ce soit le père biologique de ma fille et qu’il ai toujours l’autorité parentale sur elle.

Il est devenu un extrémiste ? Un jihadiste ? Un radical ?

Je ne sais pas, mais ce que j’ai lu me laisse penser que oui. Ou que c’est grandement en cours…

Il a toujours son autorité parentale. C’est son père. Lui faire retirer est le parcours du combattant, c’est ce que m’avait dit mon avocate en 2013 au moment de l’adoption. Et il est extrêmement rare que les juges la retire même dans des cas graves.

Il n’appelle plus. Plus du tout. Il ne prend plus de nouvelles. Il n’appelle pas pour son anniversaire. Pas depuis ses 7 ans. Elle va en avoir 12 en Octobre. Il verse toujours la pension, tous les mois, par virement automatique. Ca fait de lui un père exemplaire à ses yeux, à lui. Ma fille ne le considère plus comme son père. Il n’existe plus pour elle. Elle n’en parle jamais pourtant le sujet est ouvert chez nous. Tu sais je n’aime pas les non-dits.

Alors je vais continuer à me taire, à faire la morte, à vivre ma vie comme aujourd’hui. Mon coeur sera juste plus lourd et plus inquiet de ce que son père peut lui faire…

Je ne veux pas vivre dans un remake de “Jamais sans ma fille” mais je le garderais à l’oeil…

Je ne veux pas faire de généralités, ni entrer dans un débat religieux.

Je n’engagerais pas de procédure à son encontre, je ne veux lui rappeler notre bon souvenir.

Je veux qu’il continue à nous oublier comme il le fait si bien depuis des années.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

2 Commentaires

  • Répondre Marionle6tron 10 mai 2016 sur 19 h 52 min
    pfff quelle histoire !!!
    Je te trouve vraiment courageuse de ne pas réagir me connaissant j’aurai appelé l’avocat dès potron-minet pour savoir si on ne peut rien faire en connaissant CA !
    Je te souhaite qu’il continue à vous oublier et que Melle E continue de te faire ch*** comme toute ado qui se respecte sans qu’elle soit inquiétée de quoique ce soit
  • Répondre Sophie Mum 10 mai 2016 sur 21 h 00 min
    Oups pas facile lhistoire de miss L j’espère qu’il vous oubliera ma belle et pourtant je prône la bon ne relation entre parents divorcés mais là ton cas est différent
  • Ecrire une réponse