Les petits secrets de famille

20 juin 2016

On a tous dans notre famille un ou plusieurs secrets, plus ou moins gros. Nous en avons eu, longtemps, un gros qui me pesait particulièrement mais qui a volé en éclats quelques semaines avant mon mariage. Je devais avouer à mes parents que j’étais mariée avec mon ex… et divorcée par la même occasion. Ce poids m’a pesé pendant tant d’années que je ne voulais pas de mauvaise surprise le jour J et je devais crever cet abcès avant. Devant mon manque de courage flagrant mon futur époux m’a mis devant le fait accompli, entre l’apéro et un curly il a dit à mes parents que j’avais quelque chose à leur dire. Me laissant bien dans l’embarras et devant lâcher le morceau une bonne fois pour toute. Ce fut bref et sans plus de douleur que ça, parce que c’était du passé et qu’au final ils s’en doutaient. Oui on ne peut pas garder un secret … encore moins à sa mère.

Apres cette épreuve, je me pensais libérée de tous les secrets de famille, tout du moins de ma famille, celle que je forme avec mon mari et mes enfants. Ma famille au premier degré quoi ! Nous vivons notre vie tous les quatre sans trop avoir besoin des autres. Nous sommes relativement indépendants et solitaires. Et plus les années passent, plus notre noyau familial se restreint pour ne garder au final que …. nous 4.

Nous, un couple heureux et amoureux avec deux filles. Chacune leur caractère, chacune leur défaut, chacune leur amour à donner et chacune leur père…

Ce petit secret de famille, ce léger tabou qui nous reste en travers de la gorge. Tu sais ce sentiment qui persévère bien trop longtemps. Ce secret que tu oublies parce que c’est le passé et que ce n’est plus ta vie maintenant. Parce que tu as eu la chance de trouver celui qui fait que ta vie est celle que tu aurais voulu qu’elle soit ( au moins une grande partie de la semaine 🙂 ), ce secret que tu mets de coté pour éviter le sentiment de rejet qui t’attise parfois. Ce secret qui finalement n’est plus, tant ta vie a changé.

Et puis, un beau jour de Juin, veille de fête des pères, ton Monde tremble sous les mots d’une petite ingénue de 7 ans qui se pointe dans le salon, maugréant contre sa soeur comme à l’accoutumée depuis des jours. Elle te balance, de but en blanc sans vaseline que, de toute façon, Mlle L c’est pas sa soeur mais sa demi-soeur et que papa c’est pas le papa de Mlle L, mais qu’elle en a un autre de papa elle. Et qu’elle la saoule.

Adieu.

Avant même qu’elle n’ai fini sa phrase, je suis déjà en train de pleurer. Je me suis arrêtée à demi-soeur. Ce mot qui me glace le sang, pour moi il n’y a pas de demi qui tienne. On est frère et soeur ou on ne l’est pas. A partir du moment où l’ont dit le mot demi, on met une différence. Chez nous Mlle L ne voit plus son père depuis longtemps…. et Mlle E n’a pas, selon nous, de souvenirs de week-end sans sa soeur partie chez son géniteur.

Comment elle peut nous sortir ça ? Comment peut-elle se souvenir de ça ? Pourquoi nous dit-elle ça aujourd’hui ?

La situation est tendue en ce moment entre les deux frangines, une ayant 7 ans révolu et l’autre 11 ans et demi… les envies et les passe-temps sont différents. Alors forcément, elles s’engueulent à longueur de journée ! Mais de là à en arriver à ce genre de propos dans la bouche de Mini-moi j’avoue que je ne m’en remets pas.

Sous le coup d’un mélange fait de colère, surprise, tétanie, remords et je ne sais quoi encore, je n’ai rien trouvé d’autre à dire que de l’envoyer se coucher en lui disant que je ne voulais plus rien entendre de la sorte. Oui ce n’était pas la réaction appropriée je le sais, mais parfois on ne fait pas toujours ce qu’on veut dans la vie. On fait ce qu’on peut, et ce soir-là, la gorge nouée je n’ai pas su dire grand chose de plus … Envoyant ma fille se coucher comme ça, sans un mot de plus, ni un bisou, le  coeur beaucoup trop lourd de ce secret oublié qui nous revenait en pleine face comme un boomerang.

Comment expliquer à un bébé de 7 ans que sa soeur n’est pas sa ” vraie” soeur, que son père à elle n’est pas son père à elle, que j’ai eu un autre amoureux dans ma vie avec qui j’ai fait un bébé. Que le père de sa soeur ne veut plus la voir sans qu’elle n’ai peur un jour que son propre père lui fasse pareil. Trop de questions en une fraction de seconde pour lesquelles je n’ai pas eu de réponse en instantané.

En général je suis hyper réactive, j’ai réponse tout quitte à leur inventer un bobard plus gros que moi, mais devant mon aplomb elles me croient. Mais là, que dire dans une telle situation ?

Ben … rien, sur le coup.

Le lendemain matin, alors que nous étions tous attablés autour d’un bol de lait chaud et de chocolatines, j’ai reparlé à Mlle E de la veille, lui disant que, effectivement son papa, n’était pas le même que celui de Mlle L, mais que le papa de coeur c’était celui qui s’occupait tous les jours de son enfant. Lui demandant alors qui s’occupait de sa soeur et d’elle ? Je lui ai dit qu’avant de rencontrer son papa, j’ai eu un amoureux avec qui j’ai eu un enfant, sa soeur, mais que le papa de sa soeur ne la voyait plus depuis longtemps. Je lui ai aussi dit que je ne voulais pas qu’on parle de notion de demi chez moi, que sa soeur était sa soeur point à la ligne. Et qu’on formait une famille tous les 4 même si parfois elle aimerait que sa soeur déménage car elle ne la supporte pas. Ce à quoi tout le monde a sourit quand Mlle E nous a répondu qu’elle pouvait pas déménager de toute façon et qu’elle devrait encore la supporter !

Les larmes perlaient sur mes joues devant cette fillette de 7 ans, à qui je venais d’avouer, je l’espère, mon dernier lourd secret de famille.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

5 Commentaires

  • Répondre Une Working Mum 20 juin 2016 sur 9 h 55 min
    J’ai pour ma part 1 frère & 4 (demis) soeurs. J’ai toujours dit que j’avais 4 soeurs et non pas des demis! lol
    Mais je suis aussi l’aînée de ce joyeux bordel, donc j’imagine que pour moi il était plus simple de comprendre la situation.
    tu as vraiment bien fait de lui expliquer qu’un papa de coeur est parfois plus important qu’un papa tout court! Et que le demi, ne doit pas exister quand on vit avec les personnes, qu’on les aime etc…
    Aller en grandissant ça va aller, elle comprendra & n’y fera plus attention!
    Bisous ma belle!
    • Répondre Virginie 20 juin 2016 sur 10 h 34 min
      j’ai un géniteur .. que je ne connais pas ! et j’ai un père, celui qui a été là pour moi à chaque minute de ma vie, qui s’est assuré que j’ai à manger sur la table, qui a fait de moi le femme que je suis devenue. c’est lui mon père, lui qui m’a choisi comme fille, pas celui qui a mis la graine pour faire que je sois là.
      C’est la même chose entre mon mari et mon ainée, voilà pourquoi je n’aime pas la notion de demi non plus 🙂
  • Répondre Marionle6tron 20 juin 2016 sur 9 h 58 min
    Je ne sais que te dire si ce n’est que cette notion de demi n’existe pas chez moi. La seule fois ou j’ai entendu l’ainée de Monsieur dire de sa petite soeur qu’elle était sa demie soeur, je lui ai juste dit “Pourquoi c’est une demie personne ?” Je lui ai ensuite dit que je ne voulais jamais les entendre dire ça les uns des autres, même Loulou (mon miens) qui n’a aucun lien de sang avec eux, soit c’est leur frère soit c’est le fils de leur belle mère (moi en l’occurence) mais je ne veux pas de demi chez moi !
    Maintenant je suis très étonnée que tu ais attendu si longtemps pour dire ça à ta cadette. Je pars du principe que plus on attend pire c’est surtout quand il s’agit d’une situation du quotidien. Quoiqu’il en soit qu’elle le sache ou pas elle aurait fini par sortir cette phrase parce qu’elle l’a fait pour blesser, pour faire réagir, parce qu’elle est dans une phase de rejet de ne pas être la plus grande…
    Le pire est à venir, elles ont différence d’age difficile surtout que ce sont deux filles…
    • Répondre Virginie 20 juin 2016 sur 10 h 32 min
      On en a pas parlé plus tôt parce que ce n’est pas notre quotidien. Parce que Mlle L ne voit plus son père depuis LONGTEMPS et qu’on y pense quasiment jamais. On ne sait même pas comment Mlle E a pu s’en souvenir !!
      et puis je ne suis pas du genre à penser à mon ex tous les jours et encore moins à en parler donc bon si je pouvais l’oublier eihn ! 😉
      Forcément si Mlle L avait été chez son père un we sur deux cette discussion aurait eu lieu beaucoup plus tôt !
  • Répondre sophie mum 25 octobre 2016 sur 9 h 59 min
    pas facile pour la puce mais tu as bien fait de lui expliquer d’en parler
  • Ecrire une réponse