Le cas épineux de la case

4 janvier 2017

Je ne sais pas si tu as remarqué mais la société dans laquelle nous vivons a besoin de mettre un nom sur tout ce que tu touches, sur tout ce que tu ressens, sur tout ce que tu es. Il n’y a plus de place à la fantaisie, à l’imagination tout doit rentrer dans une CASE, toi y compris.

On doit sûrement avoir besoin de ça pour se rassurer, pour s’accrocher à une chose concrète dans l’immensité de l’univers.

Peut-être que de mettre un nom, quel qu’il soit, sur une chose la rend plus palpable, plus malléable… mais pas forcément plus juste.

Peut-être que nous en avons besoin finalement, pour nous rassurer, pour nous permettre d’avancer dans la vie.

Peut-être est-ce nécessaire de classer les gens dans des groupes avec des étiquettes autour du cou. De mettre un nom sur des comportements. C’est d’ailleurs comme ça que sont apparues de nouvelles “maladies”, de nouveaux symptômes de notre société.

Est-on plus rassuré quand on sait que son enfant est hyperactif et qu’il n’est pas juste plus turbulent que d’autre ?

Est-on plus serein de savoir que son enfant est un BABI et non pas un enfant comme tous les autres ?

Est-on plus femme en se nommant primipare ou multipare que femme avec deux enfants ou sans ?

A quoi servent ces nouveaux mots ?

A rassurer les parents ou à classifier les enfants ? Ou les deux ?

N’est-ce pas une sorte de ségrégation que de se ranger dans des cases ?

Je me pose ces questions parce que je n’ai pas le sentiment d’appartenir à une classe spécifique et encore moins la volonté de rentrer dans une case. Je n’ai pas envie de me sentir réduite à un mot, à une appellation, à un style, à un seul moi. Mais ce n’est pas parce que je ne le veux pas qu’on ne m’y mettra pas…

Je suis, selon les petits pixels bien rangés de ma vie, une multipare qui écrit un blog humeurs (terme qui se rapproche le plus de ce qu’est mon blog puis-ce qu’il faut lui donner une tendance…). Je ne suis pas vegan, je n’ai pas d’enfant Zèbre ni même hyperactif, ( elles sont justes chiantes et bonnes à l’école ). Ma fille de 7 ans n’est pas une geek. Je ne saurais vous dire si je suis une mère bienveillante et je ne connais pas Montessori. Je ne suis pas une Milk mais je suis chômeuse.

En fait je suis une has-been de la parentalité !

Moi j’ai eu des enfants à l’époque où le net ne régissait pas notre vie.

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, une époque où l’on écoutait plus sa mère que la dernière blogueuse à la mode.

Un temps où l’on faisait plus confiance aux médecins qu’à doctissimo. (Parce que tout de même ils ont fait des études tu vois, ils ne sont pas assis en face de toi à ce bureau derrière ce Mac avec cette écriture de hiéroglyphe juste parce qu’ils ont vu de la lumière.)

A une époque où le partage des exploits du petit dernier se faisait par téléphone ou sur une photo qu’on envoyait à mémé. Pas sur les réseaux sociaux où l’on affiche les premiers cacas et les dessins moches. ( Ne nous leurrons pas, un enfant de 2 ans ne fait pas des oeuvres d’art, l’amour vous aveugle ! )

Je vous parle d’une époque, où l’on élevait nos enfants comme ils en avaient besoin tout simplement avec nos défauts de jeune mère fatiguée, nos angoisses réelles et pas celles créées par le complexe d’infériorité que nous refilent certaines femmes sur Instagram.

Je vous plains.

Je n’aimerais vraiment pas être une jeune mère aujourd’hui. Vivre avec autant de diktats. Avec un niveau d’exigence si élevé, sans droit à l’erreur, épiée de tous, jugée au moindre mot.

Je me sentirais complètement dépossédée de ma grossesse, de mon enfant. Tu es enceinte et tu ne fais pas shooting photo mais quelle génitrice es-tu tu ne laisses pas de souvenirs à ton enfant qu’elle ingrate.

Tu ne veux pas allaiter, tu te fais lapider sur la place publique. Pire tu oses mettre des couches jetables? Mais qu’elle manque de discernement ma pauvre. Tu donnes du lait de vache ??? WTF t’as pris ton enfant pour un animal ??? Tu lui fais manger des purées mais t’as jamais entendu parler de la DME ? Tu sors de ta cabane parfois ? Tu ne fais pas un goûter d’anniversaire comme sur Pinterest ? Sa chambre est décorée avec du Ikea… pardon la scandintage tu connais ? Tu lui donnes des petits pots ? Tu n’as pas de Compamomix ?

Combien doivent se coucher en se pensant être une mauvaise mère à cause du Net, en se comparant à Mlle Miss Perfection.

Alors j’entends, le monde a évolué depuis nos enfances, je suis d’accord, mais tout ce que nous avons eu nous, n’était pas si mal, non ?

Pourquoi vouloir être toutes pareilles ? Avec des enfants qui se ressemblent ? Avec des éducations copier/coller ?

Pourquoi ne pas faire comme vous avez envie ou besoin de faire ? Mieux, pourquoi ne pas élever vos enfants comme ils en ont besoin EUX et pas comme Josette du blog “MèrePasParfaiteMaisPlusParfaiteQueToiPafDansTaFaceEspèceDeMèreImparfaite” ?

Chaque enfant est différent et ne peut pas être élevé comme un autre.

Tout comme chaque adulte est différent et ne peut pas contenir dans une case.

Mais c’est un débat long et houleux que ce cas épineux de la case.

Attention LOIN DE MOI LA VOLONTÉ DE CRITIQUER OU DE M’ATTIRER LES FOUDRES DE LA BLOGO PARENTALE, LES FILLES CAR JE SAIS QUE VOUS ME LISEZ. Reposez vos couches lavables je ne veux pas me faire flageller !!! bisous

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

11 Commentaires

  • Répondre Delph Dolce 4 janvier 2017 sur 8 h 18 min
    C est pas faux…
    Combien de fois en regardant les photo des Bree je me suis sentie mal… mais pourquoi? Je ne saurai l expliquer car chez moi c est comme c est et cela ne m empêche pas de recevoir (bon ok rarement) ni de prendre des photo sur le vif sans tout avoir rangé et mis dans une certaine disposition…
    Après je crois que le net est un bon outil mais aussi une plaie accusatrice, culpabilisante et c est un peu la place du marché (là où on lynche les gens differents)
    Apres je suis celle que je suis pour moi et pas pour suivre 😉 (CL et allaitement c est comme avant et ça me plait 😂 Vegan… 🤣😛)

    Bref c est un monde qui “note” tout et les gens sont encore plus à l’affut de ce que pense les autres…

    KoeurKoeurLove

    D.

  • Répondre Egalimère 4 janvier 2017 sur 8 h 20 min
    C’est tellement ça !!! Être mère aujourd’hui c’est être confrontée à la culpabilité permanente parce qu’on ne se trouve pas à la hauteur. Les pères sont peut-être davantage épargnés car ils sont encore peu nombreux (même si on les voit de plus en plus) à afficher leur paternité sur les réseaux sociaux.
    Il n’y a pas si longtemps, le meilleur conseil qu’on pouvait donner à de jeunes parents était : “Faites vous confiance…”. De nos jours, on ne conseille plus, on juge….
  • Répondre La Fée Biscotte 4 janvier 2017 sur 8 h 21 min
    Je trouve pas ton article très fâcheux. Il est réaliste à mes yeux et j’ai déjà fait le même constat. Mais j’ai assez de recul pour ne pas me sentir obligé de devoir égaler, non faire mieux que la voisine. Mais les réflexions sur l’éducation venant des autres me saoul profondément. Comme tu dis, on est tous différents et on élève nos enfants comme on pense être le mieux et surtout le plus adapté à l’enfant. Alors WTF
    • Répondre Virginie 4 janvier 2017 sur 9 h 47 min
      Il y a toujours quelqu’un qui sait mieux élever tes enfants que toi ! C’est dingue hein ! 😂
  • Répondre Cottenceau 4 janvier 2017 sur 8 h 30 min
    Virginie , je suis visiblement la mère has-been que tu décris et je chéris la liberté que j’ai eu et que je conserve aujourd’hui de ne pas rentrer dans des cases ! J’élève 4 enfants (3 qui sont sortis de mon ventre et 1 qui est sorti d’un autre ventre, celui de ma compagne), ils sont âgés de 7 à 13 ans et je les élève comme je le sens, ressens… avec mon cœur en essayant de faire de mon mieux et en essayant d’être bienveillante, en écoutant leurs besoins et leurs émotions, en étant MOI et surtout en commettant plein d’erreurs qu’ils me reprocheront quand ils grandiront (ça commence… 😉)!
    Je les aime avec tout ce que je suis et ne voudrai jamais au grand jamais entrer dans des cases!!!! De toute façon, c’est trop tard, je ne corresponds à aucune case, trop différente, trop rebelle, trop has-been !!!
    M’en tape, j’assume !!!
    Reste comme tu es, une rebelle inclassable, bienvenue au club ! 😘
  • Répondre vanessa Mère Débordée 4 janvier 2017 sur 9 h 37 min
    Tout à fait d’accord avec toi. Mais parfois, les cases peuvent être utiles.
    Tu t’interroge de savoir si ça sert de savoir son enfant hyperactif ou babi ou autre.

    Pour avoir une petite fille reconnue avec un handicap mais pour lequel le diagnostic n’est toujours pas posé, ben oui, j’avoue, moi, j’ai besoin d’une case dans laquelle la mettre.
    Pour savoir. Savoir ce qu’elle a, ce qu’elle peut devenir, l’évolution à long terme…

    Et puis, mettre un mot sur un problème ou un comportement, ça peut aussi aider à le vivre mieux.
    Depuis que mon cadet a été diagnostiqué avec un trouble du comportement et une précocité, ben je suis plus patiente avec lui.
    J’arrive plus facilement à garder mon calme avec lui parce que je sais que c’est dû à ses “pathologies” et non à un simple désir de me rendre dingue (même si je le savais avant, c’est quand même plus facile à poser avec un diagnostic)
    Et ça m’a permis aussi de faire taire les autres qui ne voyait qu’un gosse mal élevé ou un futur délinquant…

    Donc oui, les cases, ça peut aider et permettre de se sentir moins seuls. Mais à condition de les utiliser à bon escient et de ne pas rester bloqué dessus

    • Répondre Virginie 4 janvier 2017 sur 9 h 46 min
      Oui je comprends ton point de vue. Il est vrai que j ai la chance énorme que mes enfants n’aient pas de problèmes donc je n’ai pas besoin de mettre un mot sur un symptôme.
      Je t’embrasse 😘
  • Répondre Alexandra 5 janvier 2017 sur 7 h 31 min
    J’adore tout est dit c’est exactement ce que je pense et ressent. Et comme d’habitude bien dit !
    C’est vrai que lorsque ton enfant ne rentre pas dans les cases c’est pas toujours facile. Mais bon finalement on lutte, on fait avec, on lui fait comprendre que c’est sa force de ne pas être “standardisé” et si les parents sont bien dans leurs baskets ça aide.

    Bonne journée bises

  • Répondre maman@home 5 janvier 2017 sur 13 h 19 min
    Je comprends et à la fois pas tout à fait ce que tu dis. Je n’aime pas les cases et les stéréotypes, je n’aime pas cet étalage sur les réseaux sociaux mais pas seulement des photos, les statuts aussi critiquant ou donnant des leçons sur ce qui est bien parce qu’ON sait. La pression je crois qu’elle existait déjà il y a 15 ans, elle était sûrement différente mais de tout temps “les gens bien pensants se sont toujours autorisé à “conseiller” ou “donner leur avis” surtout quand on ne leur demandait rien 😉
    Je me suis toujours moqué de ce que les autres pouvaient bien penser de mes enfants et de l’éducation que je leur donne . Je sais ce que je vaux. Je sais qui je suis.
    Via les réseaux sociaux c’est pareil, je n’envie pas la tarte parfaite de Miss Truc ou les fringues extra que Mme Machin fait porter à sa fille ou encore les vacances magnifiques de Monsieur Bidule et sa famille. Je sais qu’on ne montre que le meilleur. Qu’on l’embellit même. Et puis moi aussi j’en fait des trucs supers 🙂
    Enfin je suis assez d’accord avec Vanessa Mère Débordée quant aux étiquettes que je qualifie plutôt d’information, mes fils ne se résument pas à l’un le TDAH et l’autre un HPI, mais ça fait partie de leur personnalité et si je t’assure que ça nous a fait un bien fou de savoir 1- pour informer les instits et faire comprendre à certains que ton enfant n’est pas un CASSE COUILLE QUI VEUT SA PEAU ET QUE NON IL NE FAUT PAS LE CASSER POUR LE RE CONSTRUIRE (connasse-pardon un mauvais souvenir) mais qu’il a un trouble difficile à gérer voir parfois impossible, qu’il subit et qu’il fait son max . 2- Trouver des solutions pour que mes enfants vivent mieux avec leur différence en adaptant mon comportement/ses activités/mon discours/son suivi/la relation avec les profs …
    Bref tout cela (oui c’est long dis donc) pour dire que je ne veux pas être comme les autres, que je m’écoute en tant que parent et que je veux en aucun cas faire comme ma voisine ou machine du blog trucmuche, mais que parfois comme n’importe quel échange on peut aussi trouver des idées/conseils/astuces chez les autres et partager pour relativiser quand on n’en peux plus et faire descendre la pression qu’on se colle toute seule (pas besoin des autres en ce qui me concerne pour ça-lol).
    Voilà voilà bonne journée 🙂
  • Répondre robben 6 janvier 2017 sur 10 h 09 min
    bonjour, ceci est un article intéressant et qui plus est utile!
    merci!!
  • Ecrire une réponse