Je suis cette fille vide …

25 avril 2016

Oui le titre n’est pas des plus gai mais c’est comme ça que je me sens depuis le début de l’année.

L’année 2015 a été une belle année chargée de rencontres, de sentiments, de rebondissements. J’ai vibré avec ce blog, j’ai pleuré grâce à lui aussi.

J’ai touché du bout du doigt mon rêve avant que tout ne s’écroule comme un château de cartes le 23 mars 2016. Je n’étais déjà pas au top de ma forme et à vrai dire je me raccrochait à cet infime espoir pour sauver mon année. Je me voyais déjà en dédicace à sillonner le pays à votre rencontre, ça m’aurait permis d’oublier les autres mauvaises choses que 2016 m’a apporté. Mais non… J’ai la fâcheuse tendance à mettre la charrue avant les bœufs avec mon imagination débordante, c’est sûrement d’ailleurs pour cette raison que j’ai écris un roman…

Mes doigts courent sur le clavier aussi vite que peut les dicter mon cerveau, mais ça c’était avant. Car aujourd’hui mes doigts restent collés. Ils ne savent plus quoi écrire car mon cerveau est vide…

Je pensais me remettre plus vite en selle, j’ai essayé, j’ai fait comme si tout allait bien, comme je sais si bien le faire. J’ai dis que ce n’était pas grave, que je m’en remettrais, que je n’avais pas besoin de ça pour vivre pleinement. Je ne pense pas avoir menti au moment où je l’ai dit parce que je pensais en être capable. Mais force est de constater que NON. Je suis toujours figée sur ce mail de l’éditeur et je n’arrive pas à passer outre. Je n’arrive pas à surmonter cet échec (qui en soit n’en est pas un car leur mail est plein de bienveillance je le rappelle).

Je n’arrive pas à rouvrir le string fushia pour le corriger comme il le faut et le renvoyer à d’autres maisons d’éditions parce que je ne suis plus capable de surmonter un autre échec pour le moment et ne pense pas être à nouveau capable à entreprendre ce long chemin que j’ai parcouru l’année dernière. J’ai passé un an à conter la vie de Zoé et Marc et là c’est comme s’ils étaient morts et je suis bien incapable de les faire ressusciter.

Je suis vide.

Vidée.

Tout est allé trop vite avec cette histoire et je n’étais pas du tout préparée à vivre cette aventure. Et quand on est une perfectionniste comme moi, je peux vous dire que vivre ça sans avoir anticipé le moindre des détails, ben c’est la merde à gérer en cas d’échec. Et là je suis dedans en ce moment.

J’ai la sensation que le sol se dérobe à moi, je fuis mon Mac posé sur mon beau bureau. Mes fesses ne frôlent plus le simili cuir de ma chaise chérie tant attendue. Je ne peux plus. Je ne veux plus. Je n’y arrive plus.

Écrire était une échappatoire pour moi c’est maintenant devenu une source d’anxiété.

Des idées j’en ai des centaines, la nuit quand je dors. Mon cerveau invente des suites et des aventures pour le nouveau roman que j’ai en tête. Mais le matin je me réveille sans aucun souvenir. La page blanche ne se remplira pas.

Alors je comble ce vide.

J’ai mangé, beaucoup, trop… J’ai grossi c’est certain. Je trouve des excuses à ma conscience pour palier au fait que je sèche le sport. Je m’ennuie… souvent pour ne pas dire constamment. Je pleure quand je suis seule au bureau. Parfois mes collègues rentrent plus tôt du chantier et j’ai du mal à cacher mes yeux de panda. Alors je fais diversion… comme je sais si bien le faire…

Pour combler ce manque, j’ai entrepris une tonne de travaux chez moi, j’ai poncé, j’ai sous-couché, j’ai peint, j’ai verni, j’ai scié, j’ai reponcé, j’ai cloué, j’ai huilé, j’ai teinté, j’ai ciré, j’ai vissé, j’ai fais de l’électricité, j’ai découpé de la mousse, j’ai enfilé des perles Hama, j’ai acheté des cadres, j’ai nettoyé…

Bref tu l’auras compris j’ai fais toute une farandole de choses qui ne demandaient pas grand effort d’imagination à mon cerveau ? Une fois l’idée trouvée, poncer pendant 3 heures c’est déstressant et m’a permis de ne pas réfléchir. Et quand ton cerveau fonctionne à plein régime H24, 3h de répit c’est un luxe que tu n’imagines même pas.

Mais voilà, j’ai fini de réaliser toutes mes diy du moment et je suis retournée au boulot sans grande envie il faut bien se l’avouer. Et je suis toujours aussi vide.

Zoé me manque. Écrire me manque. Mais je bloque.

La suite de Je suis cette fille me manque et je sais que vous l’attendez, mais je n’arrive pas.

Je ne sais plus comment gérer … Je ne sais plus comment être moi en écrivant.

Je veux écrire bien au détriment du écrire vrai.

Je ne sais pas si tu saisis cette phrase un peu cheulou je te l’accorde. En fait j’ai le sentiment de ne plus savoir écrire comme j’écrivais. De vouloir écrire comme il faudrait que j’écrive pour plaire, tu vois le truc. Oui mon cerveau est bien barré je te le concède ? Je vis avec depuis presque 34 ans et crois moi ce n’est pas facile tous les jours d’être moi et tout l’ambivalence qui me détermine.

Parfois je me demande même si continuer à écrire ici est une bonne idée. Si je ne devrais pas retourner peu à peu dans ma vie d’avant ce blog. Dans ma vie d’avant Le string Fushia. Dans ma vie de comptable. Dans ma vie étriquée. Sans ces rêves de grandeur qui me bouffent la vie.

Parfois je me dis que si j’avais moins d’ambition je serais certainement plus heureuse. Je me dis que si je n’avais pas entrepris mille projets en même temps j’aurais peut-être réussi à écrire ce roman correctement pour qu’il soit édité.

Je sais que ce sentiment de vide va passer. Que je vais réussir à le combler parce que je suis comme ça. Je sais que je ne vais pas rester ainsi car je ne me supporte pas. Je dois retrouver mon équilibre, celui qui me porte si bien et qui me va au teint.

Je dois retrouver cette part de moi-même qui s’est fait la malle le 23 Mars 2016…

Si tu la retrouves tu lui bottes le cul pour qu’elle revienne me voir s’il te plaît ?

Je vais bien, ne t’en fais pas (mais si tu as une Mason jar de Mojito je la prends avec plaisir.)

#KeurkeurLove

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

3 Commentaires

  • Répondre crisko 25 avril 2016 sur 14 h 49 min
    Et s’auto éditer? certains le font, je ne sais pas trop comment ça va marche mais cela permet à de jeunes écrivains de se faire connaître.
    • Répondre Mass 26 avril 2016 sur 13 h 03 min
      JK Rowling a fait une dizaine d’éditeur avant d’être publiée…

      Vidé car on a trop écrit je connais. ‘faut juste attendre un peu qu’on fasse le plein, que le cerveau s’aère et fasse le temps d’imagination.

      à bientot 🙂

  • Répondre La Fée Biscotte 26 avril 2016 sur 23 h 22 min
    C’est normal que tu te poses plein de questions maintenant. Mais je suis certaines que tu vas très vite savoir vers quelle direction aller, et laquelle sera la meilleur pour toi. Bisous
  • Ecrire une réponse