Je suis cette fille sur son tapis

6 juillet 2015

Tu le sais maintenant je suis devenue une non-sportive repentie depuis déjà … oulalala au moins deux semaines, (bref là n’est pas la question) et je vais donc à la salle de sport tous les midis et je peux te dire que je me marre bien, je sue aussi…! Tu sais que j’aime écrire et que pour trouver l’inspiration il faut observer le Monde qui nous entoure, ça tombe plutôt bien c’est mon passe-temps favori: REGARDER LES GENS VIVRE et une chose est sûre, pour cette activité la salle de sport est une vraie mine d’or.

Je suis donc sur mon tapis de course (mais je marche faut pas déconner non plus, vite certes mais je marche…!) écouteurs vissés dans les oreilles et je marche au doux son de Nagui, mais je ne regarde que rarement mon écran, beaucoup trop de distraction s’offre à mes yeux acérés.

Il y a ces deux jeunes gringalets tout juste pubères, que nous appellerons Brandon et Kevin, le cheveux toujours gominé et le sourcil mieux épilé que le mien. Le muscle saillant (nan j’déconne) ils s’essayent au lever d’haltères plus lourds que leurs frêles bras! Ils sont mimis, ils se regardent, échangent des sourires et rigolent au blagues de Johnny sur son vélo. Kevin et Brandon, sont les deux petits de la salle, leurs bras se frôlent quand ils déambulent entre les machines, ces deux-là sont reliés par un truc.. mais quoi…? 😉

Johnny, c’est le gros lourd sur son vélo,( par gros lourd j’entends celui qui fait des blagues pourries à tout va, le Jean-Claude Convenant de la salle de sport en quelque sorte, en plus chauve et plus bedonnant 🙂 ) il y reste environ 7 minutes et il hurle à qui veut l’entendre qu’un jour il ne sera plus ventripotent ” Tu vois mon bide (comment le louper mon gars 🙂 ) un jour, il sera plat (oh oui un jour elle sera mienne… 🙂 ) ” C’est bien d ‘avoir un but dans la vie (moi je veux un cul de bombasse alors t’as qu’à voir! ), Vas-y mon Johnny pédale, rendez-vous dans 10 ans à ce rythme. 🙂

Horrifiée par cette vision et toujours vissée à son vélo elliptique notre Davina locale n’octroie jamais un regard au gens gras, ben oui on ne sait jamais des fois que ce soit contagieux d’être gros! Elle frise aisément la quarantaine mais semble ne pas être au courant, petit legging blanc sur fesses flasques et string rouge (oups j’avais pas vu…), haut dos nageur laissant paraitre les tatouages, du haut de son mètre cinquante cinq arborant fièrement un ventre aussi plat que sa poitrine elle enchaîne les machines à la vitesse de l’éclair. Ses bras peinent à tirer la grosse roue du rameur et cinq minutes sont amplement suffisantes à sa pratique sportive. Elle y met tout son cœur et travaille dur pourtant mais son front ne sue pas, le mien dégouline à coté, moi je souris, elle non, elle a toujours l’air triste, sauf quand un homme passe, un large sourire fend son visage qui se referme aussitôt le bellâtre reparti.

Celui qui passe justement est LE beau gosse de la salle! Ce n’est que mon humble avis de sportive du dimanche, mais je le trouve assez craquant. J’avoue ne pas trop le voir sur les machines, il est plus souvent au bar à discuter avec les minettes mais il me gratifie d’un large sourire à chaque fois que nos regards se croisent. Lui c’est mon partenaire minceur, mon motivateur à moi, mon but cul de bombasse.. ben quoi faut bien trouver une motivation pour aller suer à grosses gouttes dans une salle bondée par 35 degrés non?

En face de mon tapis de torture, il y a cet instrument de convoitise, ce rendez-vous des gros bras, les fiefs des tatoués adeptes du Marcel: La barre de traction et son meilleur ami, le miroir en pied comme dans les salles de danse! Tout à tour, Brandon ,Kevin, Francky, John, Brian tous y passent. Ils s’observent, tour à tour, monter et descendre à la simple force de leur biceps saillants. Francky, le plus léger, barde sa taille d’une ceinture lestée d’un haltère devant le regard ébahi de ces comparses. Et un, et Deux, et trois, et Quatre et… ah ben c’est déjà fini! Tout ça pour 4 tractions? vite il s’assoit sur le tabouret pour récupérer au moins 10 bonnes minutes. Ou comment passer une heure à la salle mais n’avoir fait que 15 tractions, concept assez étrange… Cependant l’image dans le miroir semble satisfaite elle, vue les sourires qu’elle leur rend! 🙂

Attention, attention, voilà les deux cop’s, nous les appellerons Tic et Tac ou les inséparables! On les entend de loin tant elles rigolent fort, short ultra court pour l’une et leggings méga long pour l’autre, ces deux là n’ont que leur brunitude en commun. Leur concept ? Être TOUJOURS à coté sinon on fait pas! Tu te doutes qu’avoir deux machines côte à côte dans une salle de campagne un midi n’est pas chose facile… tu imagines donc aisément que leur temps de sport hebdomadaire est proche de ….0. Et quand le miracle se produit, que les deux tapis à coté du mien sont libres, tout se passe sans cris ni larmes, sans douleurs et sans sueur, 10 minutes plus tard elle sont déjà parties et moi je continuer à suer…

Il y a aussi celle dont le ventre s’arrondit de jour en jour et qui donnera la vie dans quelques mois, baskets aux pieds elle enchaîne tapis, vélo et autre machine de torture pour avoir le corps ferme. C’est sûrement ça être accro, ne pas pouvoir s’arrêter.

Mon préféré parmi cette petite partie de la population qui fréquente ma salle entre midi et deux c’est notre Schwarzy local, le propriétaire. Un cinquantenaire qui fait rire les filles, un ancien bodybuilder. Lui c’est celui qui t’aide, qui te conseille, qui ne te juge pas, celui qui sait ce qui est bien pour toi. Il chapotte toute cette joyeuse bande, cette tribu éclectique faite de blondes et de brunes, de grosses et de maigres, de sportifs du dimanche, de rois de la gonflette et autre sportifs qui se kiffent dans le miroir.

Et moi dans tout ça?

Moi je suis cette fille qui sue sur son tapis en bougeant son bras gauche pour comptabiliser les pas sur son Zefit, celle qui se rêve un cul de bombasse et des jambes à la Adriana Karembeu, celle qui laisse le grand miroir derrière elle pour sagement éviter son jugement, celle qui est rouge écarlate mais qui adore, celle qui regarde défiler le compteur de kilomètres pour aller toujours plus loin. Celle qui n’est pas prête à courir mais qui aimerait bien pourtant, celle qui écouteurs roses vissés vous observent et s’amuse, celle qui sporte et qui écrit.

Bref je suis cette fille sur le tapis!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

2 Commentaires

  • Répondre ingrid73 6 juillet 2015 sur 11 h 33 min
    Trop sympa !!

    un endroit ou j ai toujours réver de fréquenter quand j’étais sportive mais trop timide pour rentrer et trop complexé de pas grand chose à l’époque !!
    En te lisant , j avais l impression , d un film, d’un déjà vu !!
    Merci j ai bien ris

  • Répondre Pitch 6 juillet 2015 sur 13 h 13 min
    La salle de sport ça coute trop cher pour moi. pis dans mon coin y’en a pas, faut prendre le métro pour en trouver une.
    Le midi j’ai pas vraiment de pause repas donc pas possible pour moi d’aller courir au parc a coté.
    J’attends aout pour m’essayer a la course a pied, ça va pas etre gagné avec mon gros bide et mon souffle merdique.

    J’aime bien ta description de ceux qui peuplent ta salle de sport.

  • Ecrire une réponse