Je suis cette fille à rêves

26 octobre 2015

Pendant longtemps j’ai cru que je n’étais bonne rien à part subir la vie. Pendant des années j’ai vécu une vie qui ne me rendait pas heureuse mais que j’acceptais malgré tout. Je ne me plains pas de mon passé, de mes choix, de mon ancienne vie.

Pendant longtemps j’ai cru que mes rêves ne devaient être que des rêves, que c’est d’ailleurs à ça qu’ils servaient justement … Me faire rêver, imaginer une autre vie pour m’évader du quotidien et le rendre plus supportable.
Et puis j’ai changé de vie et surtout j’ai changé tout court.
Je me suis dit que je ne voulais pas d’une vie emplie de regrets. Que plus tard, vers la retraite je ne voulais pas me dire ” ah mais si j’avais fait comme ci ou comme ça”. Je me suis dis que je ne voulais pas dire à mes enfants et mes petits-enfants que je n’ai pas tenté de réaliser mes rêves parce que j’avais peur d’échouer.
Non!
Je ne voulais pas être une perdante à leurs yeux, ni aux miens d’ailleurs.
Je me suis dit que je n’avais qu’une vie et que j’étais bien décidée à la croquer par tous les bouts, à la vivre pleinement et essayer de moins la subir.
J’ai donc commencé à vivre ma vie, à progresser professionnellement au détriment des autres.
 Pourquoi?
Parce que moi j’ose. Tout et n’importe quoi! Je tente, je n’ai pas peur de l’échec Mais je n’aime pas échouer. Alors quand je tente un truc je me donne à fond.
J’ai posé des démissions pour suivre des idées farfelues, j’ai envie chier des patrons parce qu’ils ne manageaient pas correctement. J’ai monté des sites internet, j’ai ouvert un blog…
J’ai écrit un livre.
Mon plus grand rêve est d’un jour devenir auteur. Un vrai auteur qui vend des livres, qui les dédicace. Une auteur qui a sa photo en noir et blanc sur la couverture.
Grâce à vous j’ai écrit un livre et j’ai osé l’envoyer à des maisons d’éditions. Certaines ne m’ont pas répondu, d’autres m’ont gentiment envoyé valser de peur de détrôner Musso.
Mais il est aujourd’hui une maison qui illumine mon rêve avec une guirlande électrique multicolore. Ils ont lu mon String Fushia ainsi que leur comité de lecture et ils l’ont trouvé :
“girly, très moderne, dans l’air du temps. Pour nous, il pourrait tout à fait constituer le titre girly de notre collection romans qui sera mise en place dès mai 2016.”
Tu imagines ma tête au moment où je lis ces mots? Ben je les relis encore une fois pour être certaine d’avoir bien compris ce que j’ai lu, pour ne pas me faire de films… Tu sais à la Zoé quoi! Moi et mon imagination débordante…
Non j’ai bien lu, j’ai bien compris… Ils aiment mon roman, mes mots, mon histoire, mes délires du jeudi soir, vos lectures du lundi matin.
A ce moment je vous aime tous autant que j’ai pu vous détester de m’avoir embarqué dans cette aventure.
Aujourd’hui je touche mon rêve du bout des doigts… Cependant je dois encore me mettre sur la pointe des pieds avant de le tenir fermement.
Je dois revoir mon roman car il est trop court, trop condensé. Alors je le retravaille…. À fond. Je vais rajouter des passages, des personnages, des intrigues… Tout ou pas.. Je ne sais pas trop encore, je vais finir de broder ce canevas que nous avons commencé ensemble en Janvier pour enfin pouvoir l’accrocher au dessus du canapé Clin d’œil sur visage.
Alors je l’ai  imprimé à nouveau sur des feuilles blanches, j’ai pris de jolis feuillets violets et mon cahier où sont décrits les personnages et je le relis.
Ce soir j’ai étoffé le chapitre 1. C’est encore plus excitant que la première fois que je l’ai écrit car cette fois, si je continue d’écrire de la même manière et s’ils aiment à nouveau ma seconde mouture, comme ils disent, il sera peut être publié….
Oui je préfère laisser mon ” peut-être” même si ma déesse intérieure se voit déjà ( en haut de l’affiche) en dédicace au Cultura à Melun Visage pleurant de joieVisage pleurant de joieVisage pleurant de joie
Je lis et relis le mail de la maison d’édition, je veux leur plaire, coller à leurs attentes mais je veux avant tout rester moi! Alors je vais simplement écrire comme j’ai écrit la version light et advienne que pourra.
Tout ça pour vous dire MERCI car c’est grâce à vous!
Tout ça aussi pour vous dire de SURTOUT ne jamais baisser les bras, ne jamais renoncer avant d’avoir ABSOLUMENT tout tenté pour réaliser vos rêves.
Même s’ils ne se réalisent pas, l’effleurer est tellement bon.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

2 Commentaires

  • Répondre SAM 26 octobre 2015 sur 21 h 59 min
    Trop trop trop bien ! Qu’est ce que je suis contente pour toi, vraiment ! Une fois encore je croise (fort) les doigts pour toi. Bon courage ! Bises
  • Répondre véronique tournier 27 octobre 2015 sur 23 h 42 min
    😉
  • Ecrire une réponse