Je suis cette fille #13

28 septembre 2015

Nous sommes faits l’un pour l’autre, nous sommes des âmes sœurs il l’a dit.

Je suis celle qu’il lui fallait, le femme parfaite pour lui.

Dans la mythique salle des Illustres de la mairie du Capitole, j’ai dit OUI. Je suis devenue Madame Mahmoud en un quart de seconde, trois petites lettres, une syllable et tous nos amis ont applaudi. A grand renforts de Youyou, la salle s’est emplie de larmes, de félicitations, de remerciements que déjà nos devions laisser place aux suivants. Se marier à Toulouse peut ressembler à un mariage express à Las Vegas, Elvis et Marylin en moins, même au mois de Février …

Le temps de faire quelques photos sur le parvis de la place toulousaine et nous nous dirigeons vers la voiture pour rentrer à la maison finir la soirée avec nos convives. Le temps est clair mais le fond de l’air est frais, très frais, l’hiver n’est pas fini et il faut vite rentrer pour ne pas tomber malade, avec ma petite veste de tailleur je suis frigorifiée, je marche accrochée au bras de mon mari, ça me fait tout drôle de me dire ça. MON MARI! Moi sa femme! On y est arrivé, on a réussi, on s’est marié, pour le meilleur et pour le pire, mais je pense largement pouvoir dire que le pire est maintenant derrière nous et que seul le meilleur reste à venir!

“Marche pas si vite, j’arrive pas à te suivre avec mes talons”

Cette voix me sort de ma rêverie post mariage, elle est là! Elle est là! Elle est vraiment là? Non? Si?

“Ah pardon, on t’attend!”

Oui elle est bien là, Pascale, celle qui veut mon mari, celle qui me gâche la vie depuis tant d’années, celle qui cherche toujours à se mettre entre lui et moi et encore là aujourd’hui! Le plus beau jour de ma vie je dois le partager avec cette jalouse. Hassan n’a de cesse de me répéter que je n’ai pas à m’inquiéter que c’est moi qu’il aime et que Pascale n’est pas amoureuse de lui, que je me trompe, que Blablabla blablabla! Je suis une fille, et je SAIS quand une fille est amoureuse et quand elle fait tout pour piquer le mec d’une autre! On ne me l’a fait pas à moi.

“Allez chéri on avance s’il te plait, j’ai froid et puis les autres vont nous attendre!”

Un petit tacle pour Madame la Pascale, fallait pas mettre des talons et une jupe de pute tu marcherais plus vite!

“Allez Pascale vite, Ma femme à froid!”

Je jubile, il a dit MA FE-MME à Pascale, il vient de la remettre à sa place là non? Non? Moi je crois bien qui si en fait! Je suis grand seigneur je peux bien attendre Pascale, vu que MOI je suis sa femme, il vient de te le dire. Elle arrive à notre hauteur, la tête dans ses Louboutins et moi je lui adresse mon plus beau sourire ultra-bright de Mme Mahmoud.

“Ah tu montes avec Mr et Mme Mahmoud? je croyais que tu avais ta voiture?” questionnais-je un sourire beaucoup trop grand sur le visage pour être sincère.

Elle ne daigna pas me répondre, bien trop occupée à admirer ses escarpins vernis. Une immense satisfaction parcouru mon corps, la sensation d’avoir EN-FIN gagné cette course, d’être arrivée en tête d’un marathon de trois ans, l’impression d’être Jaques Mayol dans “Le Grand Bleu” et de sortir la tête hors de l’eau après une trop longue apnée. Je ne peux pas laisser exploser ma joie comme je le voudrais, je suis bien élevée moi, je ne me moque pas des gens et je n’essaye pas de leur piquer leur mec.

Le trajet se passe dans le silence le plus total, seule Oum Kalthoum occupe l’espace et sa voix qui fait vibrer le cœur de mon mari. Moi je ne comprends pas ce qu’elle chante mais j’écoute pour lui faire plaisir. Il est tellement beau quand il chante en arabe, sa famille lui manque à lui aussi aujourd’hui, c’est un peu un moyen de les avoir avec nous. Quand on sera à l’appart on leur fera un petit coucou sur Skype pour leur faire partager notre bonheur, pour qu’ils me voient avant notre venue en Août.

Nos invités arrivent en même temps que nous à destination , nous passons une soirée riche en rires, en larmes, en émotions, en alcool. Je n’avais pas autant ris depuis des années, je me sens tellement heureuse, tellement légère, tellement bien.

Je fume une dernière cigarette sur le perron de l’immeuble avec Paul et sa pimbèche, on parle de l’autre pimbèche de la soirée qui a essayé de courtiser tous les mâles présents ce soir pour finalement repartir bredouille.

“C’est vraiment une pute cette fille!”

Paul et sa franchise légendaire, il me fait mourir de rire! Je glousse comme une dinde en jetant mon mégot sur le trottoir, je les embrasse plus ou moins tendrement avant de m’engouffrer dans le couloir au chaud.

Quand je rentre dans l’appartement, toutes les lumières sont éteintes et Hassan n’est pas dans le salon. Je l’appelle, il ne répond pas. Il doit dormir sûrement, avec la dose d’alcool qu’il a bu rien de moins étonnant. Je souris en repensant au défi que nos amis nous ont lancé, faire un whisky Coca avec un ayant la bouteille de coca et l’autre celle de Whisky, le sol de mon salon s’en souvient encore. Je range un peu, mais je n’ai pas envie, je suis exténuée, vidée et tout ce que je veux c’est dormir! Une bonne nuit de sommeil amplement méritée après le stress de ces derniers jours, que dis-je de ces derniers mois!

Je laisse tout en vrac, me dirige doucement dans la salle de bain pour ne pas réveiller Hassan, me brosse les dents, observant dans le miroir Madame Mahmoud. Je me trouve différente de la fille de cet après-midi, le début d’une nouvelle vie, une vie encore meilleure. Je jette un coup d’œil rapide au sol carrelé qui a accueilli mon désespoir quelques mois plus tôt. Tout ça n’est qu’un lointain et mauvais souvenir, ma vie sera meilleure désormais. Je rince ma bouche doucement je ne veux surtout pas le réveiller, il est tellement fatigué, il travaille sans relâche le pauvre.

J’enfile ma chemise de nuit et me glisse sous le drap sans bruit telle une gazelle au milieu de désert souhaitant échapper au prédateur. J’ai tellement sommeil, en quelque secondes je vais m’endormir c’est certain, je pose ma tête sur mon oreiller quand je l’entends me dire:

“Déshabille toi!”

“Oh Hassan je suis crevée là j’ai pas envie, désolé” répondis-je la voix mielleuse emplie de sommeil.

“Je m’en fous que t’ai pas envie, t’es ma femme et on va baiser ok! A poil”

Je n’ai pas eu le temps de répondre qu’il était déjà sur moi m’arrachant ma chemise de nuit me laissant étouffer un cri de stupeur. Il me pénétra violemment sans prendre aucune précaution. Le rapport fut court et brutal comme à l’accoutumée, seul son plaisir comptait, son orgasme, son éjaculation précoce.

Le rapport fini, il avachi son corps lourd sur moi avant de déposer sur ma joue un baiser et me souhaitant:

” Bonne nuit Madame Mahmoud”

Et de se tourner de son coté pour sombrer dans le sommeil du juste.

Pour le meilleur et pour le pire…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

2 Commentaires

  • Répondre monica 28 septembre 2015 sur 21 h 09 min
    Oh putain je suis desolee mais jai qu une envie lui crachee a la gueule a ce connard
  • Répondre Pitch 9 octobre 2015 sur 18 h 28 min
    C’est un con, je le sais depuis le début de tes article
    ça va etre un enfer la vie avec lui et pour s’arracher a ça la bonne galère
    mais pourquoi tu tes marié avec je comprend vraiment pas
  • Ecrire une réponse