Et puis… le doute.

6 avril 2017

Il revient s’insinuer dans tout ce que je fais. Je le croyais parti mais en fait non, il guettait.

Il est là, tapit dans un coin, attendant que je ne trébuche, que je fasse le petit faux pas qui lui servira à s’accrocher à moi, comme l’escargot à sa coquille. 

Moi, je croyais, naïvement, que tout était derrière moi, que j’avais changé, que désormais ma vie serait douce, et que je balayerais tous mes soucis d’un revers de la main.

Mais non, lui, il est là pour me rappeler, que ma vie n’est pas un long fleuve tranquille, et que je ne vais pas m’en tirer comme ça. Il est là, le petit détail qui coince à chaque fois, celui qui, il faut bien l’avouer me fait chier.  Ce grain de sable dans l’engrenage parfait, que je tente de construire, à la sueur de mon front et aux crampes sur mes doigts.

Ce doute au fond de moi, cette imposture, ce manque de légitimité.

Est-ce que ça sera toujours comme ça ma vie ?

Faire des choses, sans jamais m’en croire capable ?

Oser, prendre des risques et me ronger les sangs d’avoir essayé ?

Il est certain que je peux me targuer d’avoir une qualité : la persévérance.

Mais à quel prix ?

Mon estomac et mes épaules ne se dénouent pas depuis lundi soir que j’ai cliqué sur envoyer. J’ai envie de partager avec vous mais je suis rongée par la peur. Tu me diras, c’est trop tard, il fallait y penser avant de publier ma cocotte. Je te répondrais … C’est pas faux. Mais si j’y avais pensé, je n’aurais pas eu le courage de publier, je pense. Et comme je suis un peu maso sur les bords ( Christian si tu me lis … 🙂 ) je crois que, au fond de moi, j’avais besoin de vos retours.

On écrit pour être lue, ne mentons pas. Alors à quoi bon écrire des romans, si c’est pour ne pas les partager ?

Les partager, je suis prête, me soumettre aux critiques moins.

Alors il est loin d’être parfait, tout comme moi, qui suis parfaitement imparfaite, mais il a le mérite de me ressembler. Il est vrai, écrit avec mon coeur et ma folie. Il y a beaucoup de bouts de moi dedans, des petits comme des gros. Il y a aussi de vous, ma plus belle source d’inspiration. Il a un bel emballage, qui je l’espère, cache un joli moment à partager pour vous.

Couverture roman 35 jours Virginie Ferreira

Il est moi, il est pour vous. Il s’appelle “35 jours” et il est disponible ici.

Aujourd’hui, pour peaufiner mon masochisme et ma peur des critiques, je l’ai envoyé à des éditeurs… encore.

Je lui souhaite le même chemin que mon string fuchsia, car après tout, ne l’oublions pas, mon premier roman a trouvé son éditeur. Alors pourquoi celui-là ?

En attendant, moi j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire l’histoire de Laurie et de Maximilian. J’ai conté leurs vies, comme une messagère. J’ai eu beaucoup de mal à sortir de cette histoire, comme si j’étais possédée par leurs vies, comme si, je devais encore rester, comme s’ils avaient encore des choses à me dire. Et puis, lundi, en peaufinant les corrections, c’était fini. Je pouvais enfin reprendre le contrôle de ma vie. L’heure était venue de passer la main, ils étaient prêts à partir vous rejoindre.

Cette histoire m’a chamboulée, vraiment. Je ne saurais vous expliquer pourquoi, ni comment, mais elle m’a marquée. Peut-être un nouveau tournant dans ma petite carrière d’écrivaillonne, qui sait.

Quoi qu’il en soit, je le sais, mais je le répète, soyez indulgents, je suis encore un bébé auteur au coeur fragile. Alors si vous n’aimez pas, dites le moi, mais avec des mots gentils. Les critiques passent mieux quand elles sont emballées de bienveillance. Merci

Bisous

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

3 Commentaires

  • Répondre Marie 6 avril 2017 sur 8 h 34 min
    N’oublies pas qu’il en faut pour tous les goûts et qu’il est difficile de faire l’unanimité.
    Le principal selon moi c’est que ce roman te plaise à toi !

    Après, ici on te suit plus ou moins depuis un moment et outre l’auteur, tu es aussi “lafillequonprendplaisiralireetadecouvrirlesaventures” !
    Ce que tu fais es génial et tu as le mérite d’essayer, rien que pour cela tu ne devrais jamais douter.

    Voilà, et pour autant je te comprends tellement, je suis toujours dans la remise en question c’est éprouvant au quotidien : je sors d’une conversation en me disant, mince j’aurais dû dire ou faire comme ça. Est-ce que je l’ai blessé en disant ça? Est-ce qu’il/elle a bien compris le fond de ma pensée ? Si tu ajoutes à cela une spontanéité difficile à canaliser, je ne t’explique même pas les difficultés rencontrées dans ma vie 😀

    Alors non, cette fois, je ne vais pas effacer ce commentaire après l’avoir relu en me disant que je suis à côté de la plaque ou que tu t’en fous sûrement de me lire.
    Comme toi, je vais essayer de laisser les doutes sur le bas côté et AVANCER !

    Longue vie à 35 jours !

    Marie

    [Et arrête tout de suite de penser que même si tu écrivais l’annuaire, j’aimerai ce que tu fais STP ! J’ai AUSSI un sens critique, nan mais ;)]

    • Répondre Virginie 6 avril 2017 sur 8 h 41 min
      Ahah il n’empêche que je suis certaine que si j’écrivais l’annuaire tu aimerais 😂😂😂
      Merci pour ton mot ❤
  • Répondre Delph Dolce 6 avril 2017 sur 16 h 53 min
    💚
    D.
  • Ecrire une réponse