Cette vie qui m’a rendu aigrie

25 avril 2017

Quand je me vois dans le miroir je me reconnais, mais quand j’y regarde de plus près, je me demande qui je suis devenue. Cette vie me rend aigrie.

Avant, je riais, je souriais de tout, aujourd’hui je suis blasée.

Avant les autres m’amusaient, aujourd’hui ils me gonflent.

Je m’isole de plus en plus ne laissant que peu de place à ceux qui voudraient entrer dans ma sphère. À quoi bon les faire entrer de toute façon ? Pour qu’ils détruisent tout en partant comme d’autres l’ont fait avant eux ?

Je suis tellement lasse de donner sans rien recevoir, que je suis vide. Je suis en train de devenir une vieille de 34 ans, aigrie de la vie qui se demande ce que les autres peuvent encore lui apporter comme merde.

J’ai mis mon cœur à nu et on l’a piétiné comme un paillasson.

J’ai donné tout ce que j’avais à donner et on m’a exploité sans vergogne, à en détruire ma confiance en moi.

 

Aujourd’hui, je me retrouve à un croisement de ma vie professionnelle avec autant de confiance en moi qu’un oisillon qui vient de naître, l’émerveillement en moins.

Je suis lasse d’attendre qu’on croie en moi, qu’on m’aide, qu’on me porte. Alors, comme toujours je fais tout, seule, et force est de constater que je suis fatiguée et un tant soit peu blasée.

Je suis comme une petite fille sur le plongeoir, je sais nager, j’ai mis mes brassards, au cas où, on ne sait jamais, pour me donner encore plus d’assurance, mais, je suis pétrifiée à l’idée de sauter.

J’ai mis tant de cœur dans mon roman mais il ne marche pas. Les ventes sont nulles et je suis désabusée. Je ne sais pas pourquoi, encore une fois, j’ai cru que…. que je serais meilleure qu’une autre, que j’avais des choses à dire qui intéresseraient. J’ai cru que si j’y mettais tout mon amour et mes tripes, alors il aurait du succès … Les retours sont positifs, je ne m’apitoie pas sur mon sort, le peu de gens qui l’a lu, l’a aimé… enfin pour ceux qui sont venus me le dire. Il fait bien son job, il donne les émotions que je voulais qu’il donne. J’ai un truc … Mais avoir un truc est-ce nécessaire aujourd’hui…? Parce qu’avoir un truc, en écrivant seule dans sa chambre, des histoires à l’eau de rose, des milliers de collégiennes et de trentenaires l’ont hein. Avoir de la notoriété en écrivant, bizarrement beaucoup moins. J’ai pourtant une communauté sur les RS, je me disais, que si ces gens-là me suivent, c’est qu’ils aiment ce que je raconte… étrangement, il semblerait que … Ben je ne sais pas ce qu’il semblerait en fait. Je ne comprends pas.

Je suis à un point de grosse remise en question. Ma reconversion se passe plutôt bien, mais je dois trouver un stage. Comme tu l’as lu, mon niveau de confiance frise le 0 austral et je m’effondre à chaque refus. J’ai le souffle coupé à chaque mail que j’envoie et je me sens incapable de répondre à toutes les annonces que je lis. Pourtant, sur le papier, il paraît que j’ai le profil. Mon maître de formation me dit que j’ai les compétences, que je suis faite pour ça. Mais voilà, elle est là, tu sais cette petite voix dans la tête, cette connasse, qui te dit que tu es nulle. Que de toute façon, tu n’es qu’une bonne à rien et que c’est lui qui avait raison. Que tu es bourrée de défauts et que personne ne voudra travailler avec toi. Je repense sans cesse à tout ce qu’il a pu me dire, me faire, pour qu’aujourd’hui je me sente encore si misérable. S’il lit encore ici il doit jubiler de voir l’emprise qu’il a encore sur  mon petit cerveau d’écervelée.

Alors oui Rome ne s’est pas construite en un jour. Oui Harry Potter a failli ne jamais voir le jour. Oui Hussain Bolt a dû tomber pour y’a arriver.. Blablabla … Oui je sais tout ça !

Mais, même si je le sais, aujourd’hui je n’ai plus la force de tout porter pour avancer seule, face à cette charge de travail sur moi-même. Aujourd’hui j’ai envie de tout laisser tomber et de me réfugier sous ma couette pour manger des bonbons et me plaindre que j’ai encore grossi demain. Aujourd’hui, je voudrais redevenir la fille futile et légère que j’ai été, ne serait-ce qu’un moment, une journée, quelques heures. Je voudrais ne plus avoir peur d’être déçue par l’autre, toujours. Je voudrais être intéressante … Parce que je me rends compte que, à part juger et te dire ce qu’ils auraient mieux fait que toi, les gens ne savent pas se contenter d’être heureux pour toi.

Je l’étais avant, et puis je me dis, à quoi bon. Pourquoi moi je devrais me réjouir de ce qui arrive aux autres, alors que personne ne se réjouit pour moi.

Vous croyez que c’est facile d’écrire un roman ? De livrer les tréfonds de son âme en pâture à des gens qui jugent alors qu’ils ne font rien ?

Vous pensez que c’est aisé de décider de se reconvertir à 34 ans, alors qu’on pourrait continuer à faire un job, simplement pour gagner du fric, mais qu’on a envie, un tant soit peu, d’aimer son travail et de se sentir épanouie?

 

Vous savez ce que c’est que d’être triste de voir dans le regard des gens, que ce que vous faites est banal, alors que pour vous c’est le plus grand combat de votre vie ?

Vous savez ce que c’est que d’avoir l’impression de ne pas vivre dans le même monde que les autres ?

Vous savez ce que c’est que de vouloir se réfugier ailleurs pour continuer de croire en ses rêves, seule, sans soutien mais avec un jugement permanent de la part de l’autre.

Vous savez ce que c’est que d’avancer avec des boulets aux pieds à s’en faire saigner les pieds ? De nager à contre-courant juste parce qu’on a décidé de pas subir sa putain de vie.

Vouloir vivre son rêve c’est ça.

Ouvrir son cœur c’est ça.

Et au final, vivre tout court c’est ça.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous devriez aimer également

4 Commentaires

  • Répondre Poilane 25 avril 2017 sur 13 h 31 min
    Bonjour je te suis depuis peu et ton message est triste, tu l as certainement entendu plein de fois mais toi seule peut être forte, assez pour toi même, toi seule peut t aimer réellement, tu peux tomber plusieurs fois et ça te rendra.plus forte, ce livre tul as ecris pour toi en première, sois en fière mais pour tpi, pas pour les autres….crois en toi et ais confiance en la vie….j ai 37 ans et je suis également en reconversion professionnelle, des remises en question, des changements d habitude….tout ça fait partie de la vie, et dis toi tous les jours que la vie est belle !!!!!
  • Répondre Elisabeth 26 avril 2017 sur 8 h 29 min
    Bonjour
    Je crois qu’un changement professionnel est une grosse remise en question, les doutes,les peurs,les angoisses sont normales.
    Est-ce qu’on fait le bon choix,est-ce qu’on va y arriver ,est-ce qu’on est fait pour ce métier sont à mon avis des questions tout à fait logiques.
    Écrire un roman n’est pas donné à tout le monde, je n’ai pas encore lu le tien mais ça ne va pas tarder 😀.
    Se faire connaître ne doit pas être facile mais je pense qu’il faut continué dans tes choix pour ne pas regretter.
    J’ai 45 ans ,exercé 3 métiers différents et je suis en train de me diriger encore sur autre chose avec cette même peur au ventre et ses mêmes doutes que toi.
    Je te souhaite plein de courage et bravo pour tout ce que tu as déjà accompli 👏👏👏
  • Répondre Léa 16 juin 2017 sur 12 h 36 min
    Bonjour,

    Je suis tombée par hasard sur ton site internet, et je n’ai pas lu ton roman. Par contre, je viens de lire ton article et celui-ci m’a profondément touchée. Tu as mis des mots si justes sur des sentiments difficiles à gérer. Ces paroles ont largement fait échos à mon propre bouleversement interne…Alors certes, il ne s’agit pas des mêmes projets de reconversion ou tout simplement de vie, mais je comprends tes sentiments, et j’espère que trouveras l’énergie pour faire aboutir tes envies.

    Je pense que certains moments de la vie sont faits de profonds doutes, mais ceux-ci sont nécessaires pour construire qui tu es.

    Bonne chance à toi

  • Répondre 35 jours de Virginie FERREIRA | Un mot à la fois 24 juillet 2017 sur 11 h 37 min
    […] ne connaissais pas Virginie FERREIRA. J’étais tombé par hasard sur un de ses articles : cette vie qui m’a rendue aigrie. J’avais vu qu’elle avait auto-édité son deuxième roman, 35 jours. J’étais surtout […]
  • Ecrire une réponse